Catégories

Publicité

Panier  

Aucun produit

Expédition 0,00 €
Total 0,00 €

Les prix sont TTC

Panier Commander

La Médecine Traditionnelle Chinoise

Chapitre 9 : Les moyens thérapeutiques en MTC

 

La M.T.C. comporte tout un panel de soins possibles mais le contexte européen diffère du chinois et pour le moment, seuls l’acuponcture, la moxibustion, le massage, la pharmacopée et le QI GONG sont utilisés en Europe.


L’acupuncture

Le système des méridiens et des points d’acupuncture
L’énergie (QI, prononcer “tchi”) circule à travers des canaux appelés “méridiens”. Ceux-ci sont inconnus de la médecine moderne et n’ont aucun lien connu ni avec le système nerveux ni avec le système de circulation sanguine. La circulation à travers les méridiens forme un circuit fermé d’énergie qui nourrit tous les organes et toutes les parties du corps. Chaque organe est en liaison avec un méridien. De ce fait, un problème de circulation d’énergie sur un méridien se répercutera sur l’organe concerné et réciproquement. Le rôle de l’acupuncteur est d’aider les personnes à rétablir une circulation harmonieuse de l’énergie. Pour ce faire, il intervient grâce à des aiguilles sur des points précis du corps situés sur les méridiens. Chaque point possède une action bien précise et connue des chinois depuis des millénaires. Dans l’antiquité, c’étaient des silex ou des fragments d’os qui étaient utilisés en guise d’aiguilles.

*

De nos jours, on sait qu'un point d’acupuncture se caractérise par une résistance électrique plus faible. Mais pour un praticien expérimenté, les appareils sont inutiles, la palpation et un bon senti suffisent. En Chine les points ont un nom poétique et évocateur. En occident, on les repère par un numéro d’ordre sur un méridien.
Essayez de localiser le point n°3 du méridien du Foie (3F). Sur vos pieds, en partant de la palme entre le pouce et le 2ème orteils, remontez d’environ 2 cm. Un point d’acuponcture se manifeste par une dépression, une sorte de “creux”. Les points sont toujours un peu plus sensibles à la palpation. En massage, le 3F est efficace pour certains maux de tête.

Plus vous serez stressé ou en colère, plus l'énergie dans le méridien du Foie aura du mal à circuler et plus le point sera douloureux. Attention ! Chez les femmes enceintes, ce point ouvre l’utérus.

Ne pas confondre Acupuncture et Réflexothérapie...
La réfléxothérapie consiste à stimuler une zone du corps dans le but d’agir sur un organe. Cette méthode issue de l’occident a le mérite d’être prouver scientifiquement, satisfaisant par là-même l’esprit cartésien occidental. Malheureusement, il arrive que ce que l’on nomme “Acupuncture” soit pratiquée dans ce sens. Cela n’a rien à voir avec une pratique traditionnelle qui suppose un diagnostic chinois établit dans les règles de l’art. Il n’existe pas de recettes miracles et universelles pour traiter une affection donnée. Le choix des points est le fruit d’une étude minutieuse et adaptée à chaque patient.

Quand utiliser l’acupuncture ?
Le principe de l’acupuncture est d’inciter votre corps à se servir de son énergie pour retrouver son équilibre. Ceci implique qu’un problème relevant de l’acupuncture est plus fonctionnel que matériel. Les aiguilles mobilisent l’énergie (QI) qui est de nature YANG. Même s’il est possible d’agir sur le YIN par le biais du YANG, c’est dans ce cas où l’acupuncture montre ses limites.
En résumé, on utilisera l’acupuncture pour :
*Des cas bénins.
*Des cas aigus (grâce à son action rapide).
*Des cas chroniques en rapport avec le YANG.
*Compléter un traitement de pharmacopée.
*Des problèmes ostéo-articulaires (rhumatismes, lombalgie, entorse, sciatique, tennis-elbow, etc...)
*Les douleurs.
*Des problèmes liés au blocage de l'énergie (QI) dans un méridien. 

 

La moxibustion

C’est l’utilisation de bâtons (cigares) d’armoise (plante parfumée de la famille de l’estragon que l’on trouve sur le bords de nos routes) qui servent à chauffer les points (pour augmenter le feu sous la marmite !) en complément de l’acupuncture. C’est sans doute cette odeur caractéristique que vous avez senti en entrant chez votre praticien ! La moxibustion est particulièrement adaptée pour les maux de dos, les rhumatismes, la diarrhée, la fatigue, etc...

*

 

 

La pharmacopée

La pharmacopée chinoise utilise les trésors de la Nature. Plus de 5000 substances (YAO) sont exploitées dans les règnes végétaux, minéraux et animaux. Précisons que ces derniers ne sont plus utilisés s’ils proviennent d’espèces protégées, conformément à la législation et au bon sens. La tradition rapporte que les maîtres anciens, initiés à la Connaissance des Mystères de l’Univers, transmirent un enseignement cohérent fondé sur sur les lois universelles et sur une perception intime de la nature humaine. Ainsi, les premiers écrits sur la pharmacopée datent de 3 millénaires avant notre ère. Le premier recueil, réellement rédigé (le SHEN NONG BEN CAO JING) date du 2ème siècle après J-C environ. Le BEN CAO MU SHI YI édité en 1650, comporte 1871 substances médicinales et 1861 recettes thérapeutiques. Malgré quelques adaptations, ce BEN CAO fait toujours autorité en la matière. C’est pour ces raisons qu’il est possible d’estimer le recul clinique acquis à au moins 5 millénaires. Les principes de base de la pharmacopée sont très simples : réchauffer ce qui est froid, rafraîchir ce qui est chaud, faire circuler ce qui stagne, etc... Par contre, c’est dans la récolte, la préparation et l’association des produits entre eux que réside toutes les ressources de ce mode de soins.

La préparation
Pour en décrire les subtilités, prenons l’exemple d’un produit bien connu : le gingembre. Pris très frais, il disperse l’externe pour traiter le rhume. Frais, il fait circuler pour favoriser l’élimination de l’eau. Sec, il réchauffe l’interne pour des problèmes de diarrhée. Calciné, il sera hémostatique (arrête les saignements). Cet exemple simple met en évidence l’importance du mode de préparation d’un produit. Il est aussi possible de le faire sauter à l’alcool, au vinaigre, etc...

 

L’association des YAO
A part le ginseng, il est rare d’utiliser un seul produit (YAO). Un remède est constitué par une association de produits selon des principes ancestraux. Le produit principal est dit “Empereur”. C’est l’ingrédient principal dans le traitement du problème. Son effet est déterminant, il est destiné à agir sur l’aspect le plus fondamental de la pathologie. Sur le plan quantitatif, il a souvent le dosage le plus élevé. Vient ensuite le produit “Ministre” : sa fonction est d’une part de potentialiser l’action du remède Empereur et d’autre part d’agir sur un aspect particulier de la maladie. Quant à “l’Assistant”, il peut soit aider l’Empereur soit contrôler les effets indésirables : un produit reconstituant le YIN est gras donc indigeste ; par ce fait on lui associe un Assistant qui favorise la digestion. Enfin, pour l’Ambassadeur, il a souvent un rôle harmonisant qui rend possible la convergence des actions thérapeutiques. En moyenne, les prescriptions comportent une dizaine d’ingrédients. Ce sont ces savantes combinaisons qui rendent les formules exemptes de tout effet indésirable.

Les présentations des remèdes
*La décoction (CHA) : Les YAO sont mis dans l’eau puis le tout est porté à ébullition jusqu’à réduction au tiers du volume. La décoction a l’avantage d’agir rapidement et avec force. Les inconvénients sont la saveur souvent désagréable et le temps de préparation.
*Les poudres (SAN) : Les ingrédients sont réduits en une poudre qui peut être ingérée directement ou en décoction. La réduction en poudre pose des problèmes techniques pour ne pas modifier les propriétés des plantes pendant l’opération.
*Les pilules (WAN) : On additionne aux ingrédients de l’eau, du miel ou autre substance pour en faire des pilules. D’un emploi facile, elles ont une action plus lente que la décoction.
*Les poudres instantanées : Ce sont des décoctions lyophilisées (comme le Nescafé). Cette préparation moderne est facile d’emploi.
*Extraits mous (GAO) : Les extraits servent à la réalisation de cataplasme.
*Les liniments (YOU) : Il s’agit de liquides ou de produits gras à usage externe.

Quand utiliser la pharmacopée ?
La pharmacopée peut représenter un traitement de base dans quasiment tous les cas. Dans un cadre médical, sa mise en oeuvre nécessite une bonne formation en M.T.C. Dans un cadre familial, il est très facile de l'utiliser pour améliorer sa santé.

En résumé, on peut toujours utiliser la pharmacopée, en particulier pour :
*Les problèmes chroniques anciens.
*Agir vite et de façon puissante.

Pourquoi privilégier les plantes chinoises aux plantes françaises?
Les anciens ouvrages (dont certains sont encore chez les moines) et les herboristes d'antan prouvent que notre terroir a ses propres ressources en matière de santé. Malheureusement, très tôt dans son histoire, notre science a décidé d’abandonner cette Connaissance. De plus, la pharmacopée chinoise est étroitement liée à sa médecine, particulièrement par son mode de diagnostic. En supposant qu’il existe des plantes de nos régions équivalentes (en terme d’effet) aux plantes chinoises, aucune étude ne permet d’effectuer des liens suffisamment précis avec l’approche chinoise, surtout en matière de préparation et d’associations de remèdes.

 

La pharmacopée est-elle adaptée aux occidentaux ?
En ôtant les YAO trop puissants et en modifiant certains dosages, le Pr Leung a pris soin d’adapter les formules à la constitution de l’Homme du XXIème siècle.

La pharmacopée est-elle écologique sur tous les plans ?
Les YAO sont 100% naturels. La culture est la plus naturelle possible, de même pour la récolte et la conservation (pas d’irradiation). De plus, parce que les taoïstes utilisent ces remèdes depuis la nuit des temps d’une part, et parce qu’ils ont toujours eu le soucis de respecter toute forme de vie d’autre part, l’expérimentation animale n’a jamais fait partie de leur médecine.

Peut-on utiliser la pharmacopée chez les enfants ?
Dès les premiers mois, il est tout à fait possible d’utiliser la pharmacopée chez les enfants, il suffit d’adapter les dosages en fonction du poids de l’enfant. Il existe des formules qui leurs sont spécifiques, notamment pour les problèmes de la sphère ORL. Pour les principales applications, on peut citer : rhume, rhino-pharyngite, otite, diarrhée, régurgitations, agitation, eczéma, asthme, retard de croissance et toutes les maladies infantiles : rougeole, oreillons, rubéole, varicelle, etc...

 

Les massages

Le but du massage est de réveiller l’énergie, de lui permettre de se renouveler en circulant mieux. Cette branche fait partie des 13 disciplines fondamentales de la M.T.C. En Chine, c’est au 6ème siècle que fut instituée une académie de massage au sein de la Direction Impériale de l’Académie de Médecine. Sauf si vous avez un praticien spécialiste et bien qu’étant une technique de soin à part entière, en occident, les massages sont surtout utilisés comme traitement substitutif à l’acupuncture chez les enfants. 

 

Le QI GONG

Le QI GONG (prononcez “Tchi kong”) signifie littéralement “travail sur l’énergie”. La théorie qui en est à l’origine est la même que celle qui est à la base de l’acuponcture. Il existe de nombreuses formes de QI GONG (Taoïstes, Bouddhistes, médicaux, etc...). En général, ce sont des postures ou des mouvements doux et harmonieux associés à des exercices respiratoires.

Même si la plupart de ces exercices vous semblent simplistes, ils sont d’une efficacité insoupçonnée. Pour une pratique de santé, il est souhaitable de pratiquer au moins 1/2 heure par jour. Cela peut aller jusqu’à 6 heures par jour dans les hôpitaux chinois où la pratique à une vocation thérapeutique. Le QI GONG doit être pratiqué avec une personne compétente en M.T.C. car dans ce domaine il est aussi possible de parler de prescriptions : chaque personne à des exercices qui sont propres à son état physique et psychologique. Se tromper d’exercices peut être aussi dommageable que de prendre un mauvais remède. En cas d’erreur, les effets néfastes mettront beaucoup de temps pour apparaître et seront très difficiles à éliminer.
Comme pour l'acupuncture, il est préférable d'utiliser le QI GONG en prévention...

 

La psychothérapie

Une des particularité de la Médecine Traditionnelle Chinoise est de prendre en compte la composante émotionnelle de l'être humain en établissant des liens directs entre le corps et l'esprit. On ne peut pas véritablement parler de soins sans inclure cette dimension lors du traitement.

 

 

*




Copyright © DDLX Multimédia